Itinérance et violence : la lettre d’opinion de notre fondatrice

Photo : Kathleen Girard / Studio Kat Kennedy

Pour une deuxième année consécutive, des lits d’urgence ont été installés pour les personnes en état d’itinérance dans l’ancien hôpital Royal-Victoria. La rue des Femmes a eu un rôle de premier plan puisqu’elle réclame, depuis des années, des unités de débordements ouvertes toute l’année. Et parce que l’hiver s’annonce rude et froid cette année mais surtout parce qu’en réalité c’est la violence qui guette les femmes dans la rue. Pire encore, la violence cause l’itinérance, maintient les femmes en état d’itinérance et bloque leur retour à la vie normale.

La fondatrice de La rue des femmes, Léonie Couture, a rédigé une lettre d’opinion pour interpeller sur la problématique de la violence faite aux femmes, en lien direct avec l’état d’itinérance.

Cliquez ici pour découvrir l’intégralité de cette lettre dans La Presse.